Quelle stratégie de référencement pour les "petits" sites statiques ?

Par Estelle :: 28/06/2007 à 8:52 :: Indexation et Moteurs de Recherche

Article publié hier sur Presse Citron :

"Plus j'avance dans l'amélioration de mes connaissances des techniques de référencement et de SEO (je suis loin d'être un expert, la route est encore longue mais le sujet passionnant mérite le temps que j'y investis depuis quelques mois), plus un constat s'impose : les bonnes pratiques semblent ne concerner que les... blogs, ou à tout le moins les sites d'information.
En tout cas des sites qui ont en commun un élément-clé pour un bon positionnement dans Google : l'actualisation régulière de leurs pages.
Entre autres.


Parce-que si l'on reprend la liste des méthodes "basiques" et incontournables pour commencer à minima à produire un site SEF (search engine friendly), on s'aperçoit rapidement que toutes ne peuvent être appliquées à un "petit" site de PME, or on est pourtant là dans le coeur de métier de la plupart des web agencies, surtout en province (et ouais, c'est pas tous les jours qu'on fait le site de L'Oréal ou du Monde...).



Mais tout d'abord quelles sont ces fameuses règles ?


Il y en a beaucoup, (et même
probablement plus que ça), mais partons du basique, ce que j'appelerai les fondations, et mettons en regard les contraintes et problématiques d'une PME standard :

Les règles de base

 

Leur application concrète

 

Penser référencement dès le choix du nom de domaine

Une PME choisit rarement son nom de domaine : elle attribue à son site le nom de sa marque.

Penser référencement dès la première ligne de code au moment de la conception du site

Ok

Utiliser des URL explicites (URL rewriting si nécessaire)

Ok

Eviter les menus en images, préférer les liens internes eu format texte

Pas toujours possible quand le client souhaite que le design du site soit en cohérence avec les autres supports de communication de l'entreprise

Insérer des mots-clés pertinents dans la titraille en les insérant dans les balises H1

Pas toujours possible pour les mêmes raisons que précédemment : le client souhaite souvent une titraille au format image, plus esthétique, surtout si sa charte graphique générale inclut des typos exotiques

Insérer des mots-clés et descriptions de pages différents dans le source de chaque page

Ok

Insérer des mots-clés pertinents et variés dans le champ lexical correspondant au thème du site, de préférence en haut de pages

Ok

Renouveler fréquemment le contenu

Incompatible avec un site statique de présentation d'une entreprise n'ayant que peu d'actualité. La plupart des PME n'ont aucune raison de mettre fréquemment à jour le contenu de leur site. Et si elles en ont, elles n'ont ni le temps ni les ressources pour le faire.

Créer de multiples liens internes à l'intérieur du texte

Ok

Proposer un contenu dense. Le nombre de pages indexées par Google est un élément favorable pour un bon positionnement

Incompatible avec un site vitrine. Une fois que l'entreprise a présenté son activité, même en diluant au maximum, on atteint une vingtaine de pages dans le meilleur des cas. Et les pages satellites c'est mal.

Créer un plan de site et un Google sitemap

Ok

Proposer son site dans les sites de bookmarks sociaux et dans les Digg-like

Euh ? Pour un site de PME spécialisée dans le décolletage ? Vous êtes vraiment sérieux ?

Obtenir un maximum de backlinks (liens entrants provenant d'autres sites, si possible ayant eux-même un fort trafic et/ou un bon pagerank)

Même remarque que précédemment : le fabriquant local de roulements à billes a peu de chance d'obtenir un backlink de Chrysler ou de Digg...

 

 

 

Bref, on le voit, les techniques de référencement naturel telles que nous les connaissons aujourd'hui sont fortement corrélées avec les usages du web 2.0 : des sites dynamiques, bien codés, respectueux des standards et sémantiquement corrects, des sites d'infos, des backlinks, des soumissions dans les bookmarks sociaux, etc... Toutes caractéristiques qui constituent l'essence même des blogs.
Rarement celles du site de la boucherie Sanzos à Mouilleron-le-Captif.


D'ou ma question : au regard de ces pratiques, les sites statiques de PME sont-ils condamnés à stagner dans les douves du web ?


Encore une fois, je ne suis pas un expert de la question : vous avez probablement des expériences réussies de très bon positionnement de ce type de sites dans Google, qui viendraient contredire ma théorie.
Vous nous en faites profiter ?

 

Presse Citron

Si vous laissez vos commentaires ici, je les relayerais sur Presse Citron !

L'indexation, comment ça marche ?

Par Estelle :: 23/06/2007 à 10:28 :: Indexation et Moteurs de Recherche

Les crawlers

 

Un crawler est un robot (aussi appelé bot ou spider) qui parcourt le web et récupère automatiquement les pages web visitées. Les moteurs de recherche ont donc des crawlers qui se chargent de ce travail d’indexation. Le crawler de Google s’appelle GoogleBot alors que celui de Yahoo s’appelle Yahoo Slurp.

A chaque fois qu’un crawler visite une page web, il en fait l’analyse, en extrait les liens vers d’autres pages web et les indexe dans sa base de données.

Connaître leur fonctionnement, permet de lever tout obstacle susceptible de freiner l’indexation de votre site web. Le but ici est de leur faciliter la tâche.

 

 

La soumission manuelle

 

La manière la plus conventionnelle pour signaler votre site web à un moteur de recherche est la soumission manuelle. Ci-dessous les adresses des formulaires de soumission :

 

·      pour Google, http://www.google.fr/addurl

·      pour Yahoo, http://fr.docs.yahoo.com/info/ajouter.html

·      pour MSN, http://beta.search.msn.fr/docs/submit.aspx?FORM=WSDD2

·      pour Mirago, http://www.mirago.fr/fr/region/ajout.asp

 

Il n’y a plus qu’à remplir les formulaires en y indiquant l’adresse des pages de votre site web.

 

 

Dois-je soumettre toutes les pages de mon site web ?

 

Vous pouvez ne soumettre que votre page d’accueil. Dans ce cas, vous devrez compter sur le travail du moteur pour indexer le reste de vos pages. En général, il ne tarde pas à la visiter, à en faire l’analyse, à en extraire les liens qui pointent vers l’intérieur de votre site web et à les indexer dans sa base. Si tout se passe bien, quelque temps plus tard, il fait de même avec les liens indexés à l’étape précédente, et ainsi de suite, jusqu’à crawler l’intégralité de votre site web. Avec un peu de patience, l’intégralité de votre site web sera crawlé.

Vous pouvez aussi soumettre toutes les pages de votre site web. Le travail est fastidieux mais vous aurez, en contrepartie, la certitude de leur indexation. Bon courage !

Faites comme bon vous semble ! (en fait, ne faîtes ni l’un, ni l’autre)

 

 

L’indexation naturelle

 

Rien ne vaut une indexation naturelle. Nous verrons dans le prochain article que ce n’est pas tout à fait vrai, qu’il est possible de parfaire l’indexation naturelle.

Le mieux reste d’être recommandé par un autre. Si un site web fait un lien vers le votre et que celui-ci est indexé par les moteurs de recherche, l’indexation du votre site web ne tardera pas à commencer. Il vous faut donc pour ce faire, vous faire remarquer par d’autres. C’est doublement efficace. D’une part, les liens signaleront votre site aux moteurs de recherche de manière naturelle. D’autre part, ces mêmes liens vous octroieront un début de popularité. En effet, ces liens ne sont ni plus, ni moins que des backlinks.

 

 

Comment vous faire remarquer ?

 

En publiant des articles sur d’autres sites populaires par exemple. En faisant des échanges de liens avec d’autres sites web apparentés, en créant un buzz autour d’un événement, etc… Il existe de multiples méthodes qui ne sont pas vraiment l’objet de cet article. Ces méthodes relèvent davantage du Web marketing.

 

 

L’indexation par le Google Toolbar

 

Google concentrant de nombreux intérêts, il est intéressant de noter le rôle particulier que peut avoir la Google Toolbar. Lorsque celle-ci affiche le pagerank d’une page, elle envoie à Google l’adresse de la page et la lui soumet indirectement par ce biais. En générant du trafic sur votre site web, vous augmenterez la possibilité d’avoir des visiteurs ayant la fameuse toolbar. Ils soumettront donc les pages de votre site à Google à leur insu. Ce n’est certes pas sa vocation première, néanmoins les spécialistes sont plutôt de cet avis.

 

Stéphane Labert

Définition d'un code de déontologie pour le référencement- Extrait du Livre Blanc 1ere Position

Par Estelle :: 20/06/2007 à 9:27 :: Indexation et Moteurs de Recherche

Le référencement naturel est l'art de créer, à partir des résultats naturels des moteurs de recherche, un trafic ciblé, de manière gratuite et pérenne, tout en respectant les internautes et le fonctionnement des moteurs de recherche.

 

 

Il consiste donc :

- à présenter aux internautes et aux moteurs de recherche un site Internet conforme d’une part à leurs caractéristiques de navigation, et d’autre part à leurs critères de collecte et de classement des pages Web.

 

- à développer la popularité d’un site Internet aussi bien dans l'intérêt des internautes que dans celui des moteurs de recherche.

 

 

 

Ne se limitant pas à une optimisation du site Internet pour les pages de résultats naturels des moteurs de recherche, le référencement naturel est une démarche full webmarketing qui vise à augmenter de manière significative le taux de transformation d’un site Internet (formulaire,

contact ou vente en ligne) en optimisant ce dernier selon les attentes des internautes.

 

 

Face aux dérives du métier du référencement, il devient impératif de respecter les 12

recommandations suivantes, inspirées de la Netiquette, des conseils de Google TM et de la Loi sur

la Confiance en l'Economie Numérique :

 

1. Ne pas envoyer d’emails non sollicités (spam) pour prospecter et démarcher des clients, sauf consentement explicite pour recevoir des offres commerciales.

 

2. Ne pas promettre de garanties de positionnement dans les moteurs de recherche alors que cet engagement est matériellement impossible.

 

3. Tenir à disposition des clients un document présentant la méthodologie utilisée de manière transparente, tant sur ses atouts que sur ses contraintes.

 

4. Ne pas utiliser, ni prescrire d’outils ou services pour augmenter de manière artificielle la popularité d’un site web.

 

5. Faire la distinction entre le référencement obtenu par le trafic généré de manière naturelle par les moteurs de recherche et le référencement obtenu de manière payante (par le référencement payant) dans l'utilisation des budgets du client.

 

6. Ne pas utiliser, ni prescrire la technique de pages satellites et d’une manière générale de duplication de contenus sur un ou plusieurs noms de domaines (appelés « domaines parallèles »).

 

7. Ne pas cacher du texte et des liens dans les pages d’un site à référencer.

 

8. Ne pas utiliser de technique visant à tromper le moteur sur le contenu réel d’un site (cloaking) ni à utiliser de redirections trompeuses pour les utilisateurs.

 

9. Ne pas positionner un site Internet sur un mot-clé sans rapport avec le contenu réel du site.

 

10. Ne pas nuire au référencement d’un site concurrent pour le compte d’un client et ne pas utiliser comme mots clés les noms de marques déposées de sites concurrents.

 

11. Ne pas utiliser d'outils ou services pour augmenter le trafic à travers des clics générés de manière artificielle sur un site Internet.

 

12. Ne pas placer de liens, à l'insu du client, dans ses pages Web pour augmenter la popularité d'un autre site Internet que celui du client.

 

Télécharger le Livre Blanc de 1ere Position

 

Estelle

 

L'Importance des Petits Moteurs de Recherche

Par Estelle :: 19/06/2007 à 8:12 :: Indexation et Moteurs de Recherche

De nos jours, tous les gourous de la SEO ne parlent que de Google, comme si Google était le seul moteur de recherche sur Internet. Evidemment, nous savons tous que ce n'est pas le cas, et qu'il existe des centaines, voire des milliers, d'autres moteurs et annuaires disponibles. Nous savons également que certains moteurs de recherche plus petits servent à une minorité de chercheurs.

 

Honnêtement, je peux comprendre pourquoi il y a beaucoup de pression sur Google, parce qu'après tout, il est l'ultime moteur, le plus grand des 3 Grands.

Nous savons que des millions de personnes utilisent Google pour leurs activités de recherche, et que nos sites web reçoivent beaucoup de trafic de sa provenance. Mais il y a toutefois 4 grandes raisons pour lesquelles vous devriez prolonger votre SEO au-delà de Google.

 

 

 

Un trafic ciblé

 

Le contenu de niche (contenu spécifique à une activité) peut être un puissant atout dans votre arsenal marketing. Par exemple, supposez que vous ayez un site internet consacré à l'immobilier. Ne pensez-vous pas que cela semblerait être une meilleure idée d'être listé dans les moteurs de recherche spécifiques à cette activité, plutôt que de vouloir en vain ressortir dans les premiers rangs du Google ?

Faisons face aux faits. Quand nous recherchons du contenu focalisé sur les biens immobiliers, nous recherchons généralement le moteur de recherche le plus adapté à notre requête. En recherchant une nouvelle maison, un individu peut commencer sa recherche sur Google pour trouver les moteurs de recherche spécifiques à cette activité de transactions de biens immobiliers. Mais une fois ce moteur spécifique trouvé, il n'y a aucun besoin de retourner sur Google. Ce moteur de recherche spécifique permettra à l'individu de rechercher par localité, département, région, prix, images, pour trouver la maison qu'il souhaite sans se perdre dans les frasques des résultats impertinents de Google.

Dans votre stratégie SEO, un moteur de recherche ou un annuaire au contenu de niche peut être une aide très puissante à la vente. C'est seulement un question de recherche pour localiser ce moteur de recherche (ou annuaire) spécifique à votre activité, et où vous serez bien mieux positionné.

 

 

 

Des couts plus faibles

 

Les 3 Grands ont développé leurs propres modèles de recherche au PPC (liens sponsorisés). Et parce qu'ils sont les 3 Grands moteurs de recherche, ils peuvent également avoir les moyens de charger les tarifs publicitaires qui leur permettent d'être parmi les entreprises les plus rentables sur Internet.

La perception du coût du PPC chez les 3 Grands fait que même la plus petite entreprise peut se permettre d'annoncer avec eux. Mais avec chaque acheteur se concurrençant pour augmenter son trafic, ses 5 centimes d'Euros par clic peuvent facilement grimper jusqu'à 60 centimes par clic, et dans quelques secteurs d'activité, cela peut s'élever à 5 ou 50 Euros. Cette mentalité d'enchère au clic permet aux 3 Grands de tirer les prix vers le haut.

Les moteurs de recherche de niche n'ayant pas le même trafic, vous permettent tout de même et certainement de toucher davantage de personnes pour la même somme. Vous ne touchez que des utilisateurs plus enclins à acheter vos produits ou services, parce qu'ils recherchent sur un outil spécifique. Ainsi, vous pouvez obtenir du trafic ciblé pour beaucoup moins d'argent que cela vous coûterait pour avoir la même perspective de retombées avec n'importe lequel des 3 Grands.

 

 

 

Augmentation du PageRank de son site

 

Pour ceux qui sont encore impliqués dans la chasse au Google PageRank, les petits annuaires spécifique de recherche sont des moyens valables pour votre stratégie de liens. Plusieurs de ces petits annuaires ont un PR assez correct. Comme vous le savez, le PR d'un site qui pointe vers le vôtre joue un rôle en déterminant la valeur de votre propre site internet dans le calcul de PR de Google, augmentant ainsi par ce fait vos chances de gagner du terrain dans les rangs de résultats de Google (SERP). Les annuaires transfèrent donc une partie de leur valeur de PR aux autres sites qui y sont listés, vous augmentant ainsi le vôtre. De plus, être positionné dans ces annuaires spécifiques est souvent bien cher et plus facile à obtenir qu'avec n'importe quelle autre méthode dans le but d'augmenter son PR.

 

Lire la définition du Page Rank (Sur le Blog des Liens Sponsorisés)

 

 

 

Apport considérable de trafic additionnel

 

Yahoo!, MSN, ExactSeek et beaucoup d'autres encore font des changements, améliorent leurs résultats, et tentent de se positionner pour concurrencer Google ou pour se positionner en phase avec le chercheur mécontent du produit de la recherche sur Google (et oui, il existe des gens qui ne sont pas satisfaits de Google, moi le premier).

Ces moteurs de recherche servent actuellement à des millions de recherche additionnelles par jour. Les 3 Grands ont seulement généré 73% du trafic des recherches internet en juillet 2005(http://searchenginewatch.com/reports/article.php/3099931), et 81% en novembre de la même année
(http://searchenginewatch.com/reports/article.php/2156451).
Ces pourcentages sont basés sur une évolution approximative sur plus de 5 milliards de recherches par mois. Même sur les chiffres de novembre 2005, les moteurs de recherche autres que les 3 Grands ont généré 950 millions de recherche. Cela fait beaucoup de trafic additionnel !

Si vos activités de SEO sont concentrées uniquement sur les 3 Grands, ou pire encore, seulement sur Google, vous fermez la porte de 20 à 53% de clients potentiels !

Les petits moteurs de recherche (ou annuaires) sont ont vraiment de l'importance dans une perspective SEO.

 

 

 

Conclusion

 

Voilà les 4 grandes raisons pour lesquelles les moteurs et les annuaires de recherche spécifiques plus petits devraient avoir de l'importance pour ceux qui vendent des produits ou services sur Internet. Bien sûr, cela vous prendra un peu plus de temps pour rechercher et trouver ces outils incontournables, et tenter d'y être listé, mais cela n'est rien comparé au temps que vous dépensez à développer votre positionnement dans les 3 Grands.

Les annuaires plus petits peuvent vous aider à developper votre PageRank, moins dépenser dans vos campagnes publicitaires pour un ROI (retour sur investissement) plus profitable qu'avec les 3 Grands, vous permettent de générer du trafic additionnel vraiment ciblé et qualifié pour augmenter vos ventes et vos bénéfices.


Et la meilleure raison d'employer ces outils est qu'ils servent encore réellement à plus de 950 millions de recherches par mois.

 

Article écrit par Christophe Da Silva- Arkantos Consulting

 

Lire aussi dans la même catégorie :

Où référencer son site Internet ?

Les facteurs d'Indexation des moteurs de recherche

 

Estelle

Où référencer son site Internet ?

Par Estelle :: 16/06/2007 à 13:12 :: Indexation et Moteurs de Recherche

 

Rassemblons ici les adresses url des différents moteurs de recherche pour un Référencement manuel...

 

- Google : Ajoutez votre url sur Google

- MSN Search : Ajoutez votre url sur MSN

- Souany : Ajoutez votre url aux annuaires Souany

- Mirago : Ajoutez votre url sur Mirago

- Altavista (nécessite inscription Yahoo!) : http://fr.altavista.com/addurl/default

- Voilà n'offre plus le service d'indexation !

- Deepindex : Ajoutez votre url sur Deepindex

- Exalead : Ajoutez votre url sur Exalead

 

Je vous propose de compléter cette liste au fur et à mesure... Si vous voulez m'aider un petit peu, n'hésitez pas !

 

Estelle